"Histoire de la Magie en Amérique du Nord" : ce que l'on a appris cette semaine

Cette semaine, Pottermore a publié 4 textes inédits écrits par JK Rowling, qui concernaient l' "Histoire de la Magie en Amérique du Nord".

 

Ces 4 textes sont à retrouver à cette adresse... Pottermore a dors et déjà annoncé que d'autres textes seront publiés dans les prochains mois avant la sortie du spin-off "Les Animaux Fantastiques" dont l'intrigue se déroulera durant les années 1920 à New York.

 

Nous détaillons brièvement, dans cet article, dans lire la suite, ce que l'on a appris de nouveau cette semaine grâce à ces nouvelles inédites.

Mardi 8 Mars : Du quatorzième au dix-septième siècle

Les communautés magique européennes, américaines et asiatiques se connaissaient bien avant que les Moldus n'aient découvert l'Amérique. JK Rowling décrit ensuite comment certains sorciers était appréciés par la communauté amérindienne pour leur faculté pour les soins et la chasse, comme les "changeurs de peau".

 

La communauté magique amérindienne est ainsi connue pour être particulièrement expérimentée dans les domaines de la magie liés aux animaux et aux plantes. Contrairement aux européens, les amérindiens n'utilisaient pas de baguettes magiques, qui ne sont que des catalyseurs de magie.

Mercredi 9 Mars : Depuis le dix-septième siècle

De nombreux sorciers européens suivent le mouvement migratoire de leurs compatriotes moldus vers le "Nouveau Monde" durant le XVIIe siècle. Cependant, le "Nouveau Monde" se révèle rapidement être tout aussi hostile que le "Vieux Continent" pour les sorciers et sont confrontés à plusieurs difficultés : les instances magiques ne sont pas autant développées que sur le continent européen. Ilvermorny, l'école de magie américaine par exemple, n'existe pas encore.

 

Autre difficulté : certains non maj' sont intolérants à toute forme de magie. Mais la plus grande des difficultés auxquelles les sorciers sont confrontés est assurément celle des Ratisseurs. Ce sont des mercenaires peu scrupuleux qui ont profité du vide juridique laissé par l'absence de lois dans la communauté magique américaine. Les Ratisseurs pourchassaient les criminels mais étaient souvent intéressés par l'argent et n'hésitaient pas à dénoncer certains sorciers aux autorités moldus.

 

Les procès de Salem (1692-1693) ont été un carnage pour la communauté magique, et ont entraîné le départ de nombreux sorciers du continent américain. Ils ont conduit à la création du "Congrès Magique des Etats-Unis d'Amérique" (MACUSA en anglais), qui a traqué les nombreux Ratisseurs reconnus coupables de crimes sur des sorciers.

 

Certains Ratisseurs sont parvenus à échapper aux griffes des autorités du MACUSA, et se sont infiltrés parmi les non maj' pour fonder des familles dont les descendants se révèlent particulièrement hostiles à la magie.

Jeudi 10 Mars : La loi Rappaport

En 1790, la quinzième présidente du MACUSA, Emily Rappaport, institua une loi éponyme destinée à créer une parfaite ségrégation et séparation entre la communauté magique et la communauté non-maj’. 

 

Cette loi fait suite à un fait-divers qui impliquait Dorcus Douzebranches, la fille d'Aristote Douzebranches, le Gouverneur des Finances et des Dragots. Dorcus Douzebranches est tombée amoureuse d'un non maj' dénommé Bartholomé Bellebosse, descendant d'un Ratisseur. Elle lui révéla d'importants secrets sur la communauté magique américaine. Et Bartholomé déroba la baguette de Dorcus. Il voulait révéler l'existence de la sorcellerie en Amérique. Heureusement, Bellebosse fut stoppé avant d'avoir réalisé son dessein. 

Vendredi 11 Mars : La Sorcellerie en Amérique dans les années 20

Dans les années 1920, période de l'intrigue des "Animaux Fantastiques", le MACUSA continue toujours à sanctionner sévèrement les infractions au Code international du secret magique et à la loi Rappaport. Le quartier général du MACUSA se situait à cette époque à New York et sa présidente durant la décennie était Séraphine Piquery.

 

L'école d'Ilvermorny est devenue en deux siècles l'une des meilleurs écoles de sorcellerie du monde entier. Quatre fabricants se disputent le marché des baguettes magiques aux Etats-Unis: Shikoba Wolfe, Johannes Jonker, Thiago Quintana et Violetta Beauvais. 

 

Contrairement aux autorités non maj' américaines, le MACUSA n'a pas imposé aux citoyens sorciers la Prohibition (l'interdiction de la consommation d'alcool), durant les années 20, jugeant que ceux-ci souffraient suffisamment...


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Bryan Scrymshank (dimanche, 13 mars 2016 06:51)

    J'adore votre site, je l'ai mis en liens sur le mien.

  • #2

    Lily (lundi, 16 mai 2016 18:34)

    Mais quand est-ce que le JEUX reviens :'(