La pièce sur l'enfance d'Harry sur scène dès l'été 2016 ?

En déplacement en Asie, JK Rowling, l'auteur de la saga Harry Potter, a accordé un interview à la radio népalaise BFBS Radio ce vendredi à Katmandou, capitale du pays.


Après avoir visité une école, elle a fait part à la radio locale de ses prochains projets : le spin-off "Les Animaux Fantastiques" ou encore la pièce de théâtre qu'elle coproduit et qui reviendra sur l'enfance d'Harry dans le placard sous l'escalier.


A propos de cette pièce, on apprend également grâce à Neil Blair, l'agent de l'auteur, que la pièce pourrait être sur les planches dès l'été 2016 à Londres.


Retrouvez dans lire la suite des extraits de cet interview...

l'interview 

BFBS Radio : Nous allons voir plus de Harry Potter ?

JK Rowling : Pas vraiment plus d'Harry Potter pour être exacte. Je ne prévois en aucun cas d'écrire plus de livres Harry Potter, des rumeurs en font constamment état. J'ai bien peur qu'elles soient fausses. Mais d'autres choses sont à venir. Par exemple, je travaille en ce moment sur le scénario du film "Les Animaux Fantastiques" - qui prend part dans le monde d'Harry, qui me provoque beaucoup de plaisir. J'adore vraiment ce travail. Et puis il y aura une pièce de théâtre sur Harry Potter.


BFBS Radio : Avez vous pensé à un titre [pour cette pièce] à ce stade ?

JK Rowling : Non, je n'en ai pas


BFBS Radio : Cela pourrait être n'importe quoi ?

JK Rowling : Pas tout à fait. Deux titres ont été évoqués mais je ne suis pas autorisé à les dévoiler.


BFBS Radio : Qu'est-ce-qui vous amène au Népal ? C'est la première fois que vous veniez dans ce pays ?

JK Rowling : C'est ma première fois au Népal. Je suis ici parce qu'un de mes plus vieux et meilleurs amis est l'attaché militaire britannique au Népal, Colonel Sean Harris. Donc nous sommes venus pour lui rendre visite, et je dois dire que j'aurais vraiment aimé ce séjour. C'est un magnifique endroit. J'aimerais beaucoup revenir à Katmandou. Malheureusement, nous ne sommes ici que pour quatre jours, mais ça a été une fabuleuse expérience.


[...]


BFBS Radio : Le nom, Harry Potter, d'où vient-il ?

JK Rowling :  Je voulais un prénom ordinaire et traditionnel. Et j'aime le fait qu'il ait une double consonance dans les deux mondes. En effet, il y a beaucoup de vrais Harry Potter. L'un d'entre eux était un soldat qui a été enterré en Angleterre. Donc je reçois souvent des lettres de gens qui me disent : "Mon grand-père s'appelait Harry Potter" ou alors : "Je suis Harry Potter et l'on me taquine souvent."


BFBS Radio : Comment ça a été de découvrir le premier film, une fois terminé ?

JK Rowling : Ça a été extraordinaire. J'avais été impliqué. J'avais même été assez fortement impliqué. Les réalisateurs m'ont posé beaucoup de questions. Donc ce n'était pas vraiment une surprise. Mais voir le film achevé était vraiment extraordinaire. Voir le contenu de votre propre tête à l'image pour les autres est toujours quelque chose de bizarre pour un écrivain. 


BFBS Radio : Si vous aviez un souhait, lequel serait-il ?

JK Rowling : Si je devais être égoïste avec mes souhaits, je souhaiterais que mes enfants ne connaissent pas de dommages, de peines. Je pense que c'est juste le vœu universel de toutes les mères, n'est pas ? Si je n'étais pas égoïste, je souhaiterais probablement que les 8 millions d'enfants vivants dans des orphelinats puissent trouver une famille.  [...]


Source : Snitch Seeker


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Molly (lundi, 23 mars 2015 18:05)

    Merci Potterveille, pour cette extrait d'interview, traduit en français.