Daniel Radcliffe : Il a failli arrêter après HP3 !

Dans une longue interview à TheGuardian, Daniel Radcliffe est revenu sur ses derniers films mais également sur sa carrière et notamment sur les Harry Potter. Il s'est également exprimé sur ses déboirs avec l'alcool, sur son enfance... Il nous révèle également qu'il a failli arrêter de jouer Harry Potter après le troisième film !

 

Découvrez donc dans lire la suite la quasi totalité de cet article...

Traduction de l'article de TheGuardian par et uniquement pour Potterveille :

 

Daniel Radcliffe a récemment dit qu'on l'avait qualifié de "fortune nationale", et ça l'a déconcerté. Il est vrai que la plupart des gens de son âge ont à peine commencé [à travailler]. Mais lui, il a, à 24 ans, passé plus de la moitié de sa vie dans le buisines, 16 films derrière lui, huit d'entre eux blockbusters. Il se sent comme si il était avec nous pour toujours. La chose drôle est, mis à part son homosexualité [celle de son personnage dans Kill Your Darlings] et les poils du visage, il n'a pas vraiment changé du rôle du petit sorcier qui avait marqué ses débuts à l'écran en 2001. Pourtant, depuis quelques années, il fait tout ce qu'il peut pour se distinguer d’Harry : un cheval nu sur scène dans Equus de Peter Shaffer, boitant sur scène comme Billy Claven dans The Cripple Of Inishmaan, hanté par des fantômes dans le film d'horreur The Woman In Black. Maintenant, il se retrouve à nouveau à un mile d’Harry Potter : Kill Your Darlings, il joue un poète gay Allen Ginsberg, entiché sexuellement avec le dangereux Lucien Carr.

 

Radcliffe dit qu'il a fait une séance de Questions/Réponses récemment et que quelqu'un dans le public avait demandé pourquoi il a joué ces pièces étranges. Il a l'air heureux quand il raconte l'histoire. "J'ai joué beaucoup de rôles étranges à ce jour, et d'autres sont à venir, je l'espère. Je choisis mes films selon les scripts, les réalisateurs et les pièces. Je pense que j'ai bon goût, mais c'est un peu à côté de ce que les gens ont l'habitude de voir, je ne suis pas intéressé à faire des films que j'ai déjà vu. Il n'y a rien de plus excitant pour moi quand je lis un scénario que l'originalité. Je ne suis pas constamment en train de penser à me distancier de Potter à chaque rôle".

 

Il a bien dit "Potter" et pas "Harry Potter" ce qui peut apparaître comme un élément de distanciation de lui-même par rapport à son personnage. Un acteur a-t-il jamais eu une telle relation ambivalente avec le personnage qui l'a rendu célèbre ? Pour beaucoup de gens Radcliffe est Potter et Potter est Radcliffe. Potter l'a fait devenir riche, mais il a également fait de lui une véritable viande pour les tabloïds.

 

Nous nous rencontrons d'abord dans les bureaux du West End de son agent, juste avant une soirée pour [l'un de ces derniers films] The Cripple Of Inishmaan. Il a une toux qui ne peut pas être aidé par ses fréquents voyages à la fenêtre pour prendre "un peu d'air frais", ou ce que ce nous pourrions également appeler une clope. Il porte un jean serré, pas de lunettes, et un super bol d'énergie. Il est diaboliquement poli, léger, bien mis. Si vous ne l'avez jamais vu avant, vous pourriez penser qu'il était un présentateur de télévision pour enfants.

 

Radcliffe dit qu'il ne veut pas paraître ingrat. "Je sais que Potter va être avec moi pour le reste de ma vie, donc inutile d'essayer de me fixer pour objectif que personne ne me parle d'Harry Potter. Ce serait comme... Paul McCartney aurait pu continuer à faire beaucoup d'autres choses, mais les gens vont toujours vouloir parler des Beatles. C'est juste un fait de votre vie, alors vous ne devez pas le renier. Vous devez accepter le fait que vous étiez impliqué dans cette chose incroyablement cool qui a fait des merveilles pour l'industrie du film britannique et si vous ne pouvez toujours pas être heureux avec le travail que vous avez fait pour elle [l'industrie de film britannique], l'occasion qu'il vous ait donné à forger une carrière pour vous-même est incroyable".

 

Radcliffe prend son jeu d'acteur au sérieux. Il est ironique que, ayant grandi comme Potter, un homme d'attaque ayant été payé avec un salaire de premier rôle [d'un film tête d'affiche] (et même plus), s'établit maintenant comme un acteur bien de caractère, le type qui joue la deuxième ou la troisième sortie de la semaine, ou le film excentrique, pas assez beau pour être une comédie romantique. En bref, le type qui veut avoir une vie décente, mais ne saurait jamais demander le salaire que Radcliffe gagnait adolescent.

 

Les deux performances que je regarde en succession rapide ne pourraient pas être plus différentes. Dans Kill Your Darlings il est le ringard, nécessiteux jeune Ginsberg, désespéré de s'accrocher à son magnifique, petit ami énigmatique. Au contraire, en tant que Cripple Billy dans The Cripple of Inishmaan, il joue un rural irlandais, physiquement tordu, portant une jambe inutile et désespérément amoureux d'une fille qui se moque de lui.

 

Il semble encore différente dans Kill Your Darlings - cheveux bouclés, des lèvres faites pour apparaître plus complète, très juif. Vous faites un Juif très convaincant, je dis. Il rit. "Eh bien, je suis juif. Juif de Ma mère. Je suis juif par le sang, mais je suis athée. Il y a une citation de Peter Ustinov, où il dit que les Juifs ont eu le luxe de donner au monde deux des personnes les plus influentes, Jésus-Christ et Karl Marx."  Radcliffe connaît plein de citations. Il n'est pas allé à l’université, mais il dit qu'il a découvert la joie d'apprendre pour l'amour de l'apprentissage quand il apprenait son texte pour Harry Potter.

 

Comme il était enfant unique, il a passé la plupart de son temps à parler aux adultes et s'est toujours senti plus vieux que son âge. Son père Alan était agent littéraire, sa mère Marcia, qui est né en Afrique du Sud, agent de casting. Radcliffe avait déjà fait ses débuts à l'écran au moment où il a été pris pour jouer le rôle d’Harry, dans le film The Tailor Of Panama, et à la télévision en tant que jeune David dans l’adaptation de la BBC de David Copperfield. Il dit qu’il n’était pas sûr et largement malheureux à l'école. [...] "J'étais un garçon bavard très désorganisé et il y a des gens qui ne sont pas fait pour l'école. Je ne suis pas quelqu'un qui apprend mieux quand tu me dis de m'asseoir, de me taire et de rester assis."

 

Est-ce qu'il est hyperactif ? "Oui, je pense que je suis assez hyperactif. Je pense que si j'étais né quelques années plus tard, j'aurais pu être diagnostiqué avec le TDAH [Trouble Déficit de l'Attention Hyperactivité], mais je n'ai jamais fait de test." Si vous fermez les yeux, et que vous étiez un vieil homme jetant un regard en arrière sur sa vie passée. "Je me sens toujours désolé pour les gens quand ils disent que les années d'école sont les plus beaux jours de votre vie. Elles ne le sont vraiment pas pour moi. Si elle le sont pour vous, vous devez avoir une vie horrible." Il tousse comme un tuberculeux. "Je ne comprendrai jamais cela. C'était l'une des choses que j'aimais à propos Potter : il m'a fait sortir de l'école."

 

Savait-il combien Harry allait changer sa vie quand il a été choisi pour le rôle ? "Non, je savais que je signais pour les deux premiers, que quatre livres étaient sortis. La Warner ne savait pas véritablement à ce stade si ils allaient faire plus d'un film". A-t-il déjà envisagé de faire valoir son droit de partir ? "Après le troisième film, j'y ai pensé, si il y avait un moment pour sortir, c'était à ce moment là ; Il restait encore assez de temps pour qu'un autre acteur se mette dans le personnage de Harry, je pensais que, si je les fais tous, vais-je être en mesure de passer à d'autres choses ou devrais-je commencer à faire d'autres choses maintenant ? Mais à la fin j'ai décidé que c'était trop amusant à faire et en fait il n'y a pas beaucoup de rôle pour adolescents, et il ne sont certainement pas aussi géniaux que celui d'Harry Potter."

 

Au moment où il a fait le quatrième film, et était donc arrivé à mi-parcours, il a décidé qu'il serait insensé d'arrêter. [...]

 

Sur les trois acteurs principaux - lui-même, Emma Watson et Rupert Grint - qui est pour lui le meilleur acteur ? "Je pense que nous étions tous bons pour des choses différentes, Rupert était le plus extraverti de nous trois ; Il avait cette confiance quand il jouait, et il l'a encore. Ma tendance est de minimiser les trucs et parfois je regarde les films, et je sais que je pensais être subtil à l'époque, mais en fait je ne le suis pas. C'est une courbe d'apprentissage vous ne pouvez pas vous attarder sur les choses dont vous n'êtes pas satisfait, Vous devez aller de l'avant".

 

Il a raison. Parfois, Harry était tellement sous-estimé. Dans son film le plus récent, les gestes minimaux sont utilisés pour un effet maximum. Il hoche la tête. "Je ne veux pas encore être un acteur qui exagère. Cela ne va jamais à la façon dont je travaille. Mais je pense que je dois chercher un équilibre où je suis réel, tout en étant expressif ".

 

Il raconte une histoire drôle à propos d’Harry Potter et de la puberté. "Dans le deuxième film, il y avait un plan où je devais  remonter mon pantalon pour montrer que je ne portait de chaussettes [scène où Harry délivre Dobby des Malefoy], et à 12 ans mes jambes étaient trop poilues, et ils ont dit, 'Personne ne va croire qu'un enfant de 12 ans peut avoir autant de poils' , alors ils ont dû me raser quelque centimètres au dessus de ma cheville" 

 

Radcliffe pourrait minimiser l'impact de grandir devant les caméras (paparazzi), mais parlez avec lui assez longtemps et vous vous rendrez compte que cette exposition a eu un impact considérable sur lui. Après tout, des armées de journalistes, paparazzi ont suivi chacun de ses faits et gestes : chute, romances, rumeurs... Il y avait des histoires de lui en état d'ébriété, lapidé, déprimé, en train de dérailler. Dans le passé, il a dit qu'à 18 ans, il était ivre et noirci par l'alcool. Il a arrêté de boire en 2010. Aujourd'hui, vous ne pouvez pas imaginer quelqu'un de plus « clean ».

 

Je lui dis que je l'ai lu des tas d'articles où les interviewers lui posaient des questions sur son addiction à l'alcool et il devenait alors hargneux. "C'est parce que je ne veux plus en parler." Les choses ont été exagérées en premier lieu ? "Non, personne d'autre que moi sait ce qui s'est passé."

 

[...]

 

Je lui demande s’il est gay ou hétéro. "Je suis hétéro, oui. Mais on a cru que j'étais gay lorsque que j'ai commencé à travailler avec le Projet Trevor [un service américain d'assistance au suicide pour les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres]. Tout le monde m'a vu sortir de là-bas et a dit, eh bien, il est gay. Le meilleur commentaire que j'ai lu à ce sujet sur le net était « Il a un visage gay ».

 

Pour les intrusions dans sa vie privée, Radcliffe est le premier à admettre qu'il a été relativement épargné. Non seulement il a une carrière, qu'il adore, mais il a aussi une fortune qui s'élève à 60 millions de livres environ, selon la Rich List du Sunday Times (plus du double de Watson ou Rupert Grint), le 10ème personne la plus riche des moins de 30 ans au Royaume-Uni. Les avantages de cette célébrité l'emportent donc sur ses inconvénients de toute évidence.

 

Il y a quelque chose que je suis curieux de savoir, cependant: si, par exemple, vous regardiez un des Harry Potter que vous avez fait à 16 ans, diriez-vous, c'est moi à 16 ans ou Harry à 16 ans ?

 

"Je regarde et je dis c'est moi à 16 ans," dit-il instantanément. "Je sais que je le ferais parce que ma mémoire de ces 10 années est très vive, et je me souviens de tous les jours où nous avons tourné."

 

Quelques semaines plus tard, nous nous réunissons à un studio de photographe à l'est de Londres : le soleil brille, la toux de Radcliffe a disparu, et il a l'air plus en forme que jamais. Nous essayons de l'habiller contre le personnage de son film - rasé, veste, tabagisme. Et plus nous essayons, plus nous nous rendons compte qu'il est difficile d'échapper à Harry Potter. Parfois, Radcliffe fait quelque chose pour vous rappeler combien il est jeune : alors que tout le monde mange du poulet et du riz, une pizza au pepperoni massif est ordonnée pour lui. Il a fait appel à sa propre playlist pour le tournage (Black Keys, Jon Spencer Blues Explosion, M Ward, Pixies, Hold Steady, Elliott Smith, Ball Park Music) et est bavard et détendu. [...]

 

Une chose qu'il préfère depuis qu'il fait des plus petits films, c'est qu’ils sont tournés beaucoup plus rapidement. Il parle de la scène finale dans Harry Potter qu'ils ont mis quatre mois à tourner. "Il est presque impossible de tourner une scène pendant quatre mois. C'est une belle scène, mais il n'y a rien de plus difficile que de garder l'énergie pendant tout ce temps. Nous avons filmé Kill Your Darlings en 25 jours ; Neuf pages par jour, ce qui est plus rapide que certaines séries télés. Et c'est passionnant, vous n'avez pas le temps de ralentir. J'ai adoré. Je souhaite que tous mes films puissent être faits à ce rythme."

 

Depuis la dernière fois que j'ai vu Radcliffe, une pensée me tourmente : c'est étrange, il doit être d'être si riche à cet âge. Certes, il a des maisons dans l'ouest de Londres et à New York, mais il ne ressemble pas à un homme qui dépense son argent à tous va. Pour la plupart d'entre nous, un ou deux millions de livres sur notre compte en banque ne nous dérangeraient pas, mais peut-être qu'être si riche, c'est un peu d'une malédiction.

 

S'est-il rendu compte qu'il allait être incroyablement riche lorsqu'il a commencé les films Harry Potter ? Dès que je mentionne l'argent, il rougit. "Non, absolument pas. Non, je n'ai su le salaire je gagnais que lorsque j'ai eu 19 ans." [...] "Je suis très chanceux d'être dans une position où je peux travailler pour le plaisir et non dans le soucis de gagner de l'argent pour pouvoir me nourrir et me loger."

 

Quelle est la chose la plus extravagante que vous ayez achetée ? "Une œuvre d'art. Je suppose que c'est une extravagance, vous n'avez pas besoin d'une peinture." Combien avez-vous dépensé ? "Je ne dirai pas, mais c'était une peinture de papillon de Damien Hirst. Mais à part ça, je suis tellement prudent avec mon argent." Il a d'ailleurs investi dans l'immobilier.

 

"L'argent est une chose merveilleuse, car il vous donne une marge de manœuvre et un espace de respiration pour choisir ce que vous aimez professionnellement, mais, oui... Je suis très chanceux... C'est gênant d'en parler. C'est embarrassant parce que cela a un impact sur la façon dont les gens me voient. Ce n'est pas quelque chose que j'aime." A-t-il jamais souhaité avoir moins d'argent ? "La plupart des gens dans la vie seraient d'avis que l'argent est un sujet qui ne doit pas être élevé. Je suis dans une position où vous êtes 'sale riche'. Je ne voudrais pas que quelqu'un fasse des hypothèses sur moi sur la base de mon compte en banque. Je suis sûr que certaines personnes le font."

 

[...]

 

Pourriez-vous arrêter le cinéma ? "Non, je prend trop de plaisir. J'adore trop pour arrêter."  Il travaille sur un certain nombre de films, dont Frankenstein (dans le rôle d'assistant de laboratoire Igor) et Gold, un film sur la rivalité entre Sebastian Coe (qu'il joue) et Steve Ovett. "Il y a une hypothèse que les gens font, où si vous avez grandi dans un univers, sûrement, vous devez être fatigué de cet univers et que vous voulez partir de cet univers. Mais en réalité, je n'ai jamais connu autre chose que d'être sur les plateaux de cinéma et je les aime. Ce sont des lieux d'un immense confort et familiers pour moi. J'espère que je pourrai mourir sur un plateau de cinéma. Honnêtement". Il sourit. "Plutôt tard que tôt."


Emma Watson avait également voulu arrêter la saga...


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Molly (jeudi, 05 décembre 2013 14:14)

    Très bon interview, et traduction. Heureusement qu'il n'a pas arrêté, je pense que ça n'aurai pas été pareil.

  • #2

    Fatima (jeudi, 16 janvier 2014 20:29)

    S'il vous plaît j'ai pas envie que les Harry Potter. S'arrete je les ai tius vu , Et moi j'ai envie de devenir Actrice comme vous!