Les acteurs nous parlent du film...

Grâce au magazine Empire les acteurs de notre saga préférée ont révélés quelques secrets de tournage sur la partie 2. Rupert, Ton, Julie Walters et Helena Boham-Carter ont répondu aux questions d'Empire.

 

A découvrir dans plus d'infos...

Julie Walters alias Molly Weasley : Les Reliques de la Mort -Partie 2 est le Grand moment pour Molly. Elle est en plein milieu de la Bataille de Poudlard. La Bataille est énorme, douloureuse et héroïque pour elle. Avant nous avions d'elle l'image d'une douce maman et cette sorte de présence très terre à terre bien qu'elle soit une sorcière. Mais vous allez voir un autre côté de sa personnalité. C'est un rôle très physique cette fois. Et elle a une des plus célèbres phrase des livres. tout le monde m'écrivait pour me dire "J’espère qu'ils n'ont pas retirer cette phrase, n'est-ce pas ?"

Helena Bonham-Carter alias Bellatrix Lestrange : Vous devez vous échauffer avant un duel de baguettes; c'est que Julie et moi avons découvert quand nous combattions l'une contre l'autre. Nous étions estropiés après cette scène. Combattre en reculant sur une table sans tomber est délicat. Ce que j'ai fait bien évidemment. J'avais pourtant dis : Est-ce que quelqu'un peut se tenir là et jeter un oeil ?" Il y a avait plein de monde là tout autour et pas un seul d'entre eux ne m'a averti.

 

Tom Felton :

 

Empire : Quelle a été ta dernière scène ?
Tom : Il y en a eu deux. Une de mes dernière scène était une scène de groupe, nous 19 ans plus âgés, sur le quai de King's Cross. C'était vraiment approprié,parce qu'une de mes premières scènes fut moi à 10 ans sur ce quai de gare, pratiquement 10 ans jour pour jour à un jour près, c'était à la fois bizarre et normal que cela finisse comme ça. Ma vraiment dernière scène était un tournage de nuit avec la Seconde Équipe où j'étais seul. C'était une prise de moi m'éloignant après la Bataille, je crois, à nouveau, ce qui est vraiment sympa parce que il y a toujours une émotion plus forte avec la Seconde Équipe.

Empire : C'est vrai que l'équipe a été avec vous depuis aussi longtemps que les acteurs.
Tom : Ouais et la Seconde Équipe encore plus, car beaucoup des techniciens de la Seconde Équipe étaient là depuis plus longtemps que certains de la Première, donc nous avons eu de bons moments pendant ce dernier tournage. Fish Dom, le premier assistant réalisateur m'a fait des adieux très chaleureux et j'ai donc fait en sorte de partir aussitôt que j'ai eu fini, parce que je savais que j'allais commencer à pleurnicher comme une fille.

Empire : Avez-tu une scène préférée dans ce film ?
Tom : La Bataille Finale est évidemment Le duel; tout le monde était impatient d'y être et c'était des mois et des mois à s'envoyer des sorts à la tête les uns aux autres. Personnellement j'étais emballé par l'Epilogue. Je suis tellement reconnaissant envers Jo de m'y avoir inclus, car je suis impatient de nous voir tous à 40 ans.

Empire : Dans l'avant dernier film, tu quitte l'école et tu deviens un Mangemort, ce qui signifie qu tu passe plus de temps à l'écran avec des acteurs incroyables. As-tu beaucoup appris d'eux ?
Tom : Tout à fait ! C'est ce qui est génial avec des derniers épisodes par rapport aux tous premiers films. J'ai toujours été parmi des enfants à les regarder avec mépris, alors que dans celui-là, je suis réellement le seul enfant au milieu du royaume du Mal. Quand vous lisez le planning du matin, c'est génial. Vous avez Alan Rickman, et tous ces , littéralement, acteurs anoblis et vous vous dites "Oh mon Dieu". J'ai passé deux jours entiers dans un silence absolu, à ne rien dire à personne, par simple et pure peur. C'était vraiment des jours de tournages géniaux. Regarder Héléna a été parmi mes favoris je crois.

Empire : Une année il y a eu ce moment adorable lors de la Cérémonie des Empire Awards, alors que vous étiez présents tous les deux et qu'elle est aussitôt entré dans sa peau de Bellatrix.
Tom : Je suis toujours très surpris par ça ! C'est très différent quand on travaille ensemble, mais quand vous êtes en dehors du travail vous vous dites toujours: «Je me demande si ils ont encore une idée de qui je suis.» Et elle s'est carrément jeté sur moi. J'ai énormément appris d'elle. Elle est complétement une Jekyll&Hyde si vous permettez : elle est la plus adorable des femmes britanniques et quelque part elle vit dans son propre monde, mais dès que les caméras tournent elle se transforme en folle furieuse, ce qui est étonnant. C'est génial à regarder. je pourrais en dire plus : chacun de ces acteurs a été incroyablement gentil avec moi, ce qui fait une grande différence.

Empire : C'est un voyage vraiment intéressant pour Draco à travers ces films. Quand tu l'as quitté, il est presque perdu, ce en quoi il a si longtemps cru a disparu.
Tom : Oui, le sol s'est écroulé sous ses pieds. C'est vraiment dur l'écriture : l'idée a été de passer 6 années à faire détester un personnage par le public, a n'avoir absolument aucune empathie envers lui, et puis ensuite deux années à montrer comment la petite brute est traitée chez elle, et pourquoi il est ce qu'il est. Vous le voyez être placé dans des situations peu confortables, alors j'espère qu'à la fin vous vous sentirez un peu mal pour lui. Daniel et moi avons souvent parlé de ce que c'est que d'être les deux faces opposées d'une même pièce de monnaie : Harry avec tous ces grandes influences, regardez ce qu'il a accompli, et Drago avec exactement tout l'opposé, essayant de lutter contre le fait que ses propres parents ne sont pas une si bonne influence. Laisse Tante Bella et tous les autres autour de la table.

 

Rupert Grint :


Empire : Donc quand tu as lu le livre et vu ce qu'il allait arrivé, as-tu été excité ?
Rupert : Ca a été le cas comme pour beaucoup des livres dans le passé, vraiment. Le personnage a plus d'une dimension en lui. Dans les films précédents Ron était habituellement constamment effrayé, c'était en quelque sorte en lui, mais c'était génial de constater qu'il y avait également de profondes émotions. parce qu'il est réellement amoureux, donc il y a toute cette histoire, qui ce développe vraiment dans la Seconde Partie. Et il y a tout ce qui est lié à l’histoire de sa famille. Il y a vraiment des choses sombres qui lui arrive qu'il n'a jamais vécu auparavant.

Empire : Il s'est assombri dans le dernier film aussi ?
Rupert : Ouais. c'est génial d'avoir l'opportunité de faire cela, de mordre dans quelque chose de différent. je l'ai ressenti comme un personnage différent, c'était agréable de le voir sous cet aspect. Il est si encré en moi, nous sommes devenu en quelque sorte la même personne au fil du temps. Un sorte de fusion à la Ron-Pert. Encore aujourd'hui.

Empire : Comment était-ce de filmer la Bataille Finale ?
Rupert : La façon dont nous avons filmé prêtait à confusion, parce que nous avons filmé les deux parties simultanément. Ainsi, certains jours, nous tournions une scène de la première partie, puis une grande bataille. Il était très difficile de garder une trace de ce qui se passait dans la deuxième partie, je vais donc être très curieux de voir comment tout cela a été mis en place. Mais les séquences de bataille sont énormes, je pense. C'était tellement grand et épique, il y a une scène dans la cour qui est un plan unique en continu avec cinq caméras pour tout filmer, et il ya des géants, le feu et un énorme cratère . Même pour un "Harry Potter", c'était vraiment énorme. Ces décors, ils les ont réellement détruits. Les débris que vous voyez sont réellement le décor qui s'écroule. C'est assez bizarre de voir tous ces décors dans lesquels j'ai grandi devenir un tas de décombres, il ya quelque chose d'étrange à cela. Mais ça va être incroyable.

Empire : Est-ce un cas de "pas d'acteurs requis" alors que Poudlard s'écroule ?
Rupert : Ouais. Ca vous cloue sur place, c'est vraiment la fin. Voir la Grande Salle ... Ce lieu était devenu tout à fait familier dans nos vies, nous avons passé beaucoup de temps là-bas. Et maintenant il est en feu. Il y a des morts, des enfants morts partout. C'est vraiment sombre.

Empire : Avez-vous été triste d'en avoir fini ? ou avoir ressenti un léger sentiment de liberté ?
Rupert : C'est vraiment un mélange des deux. La tristesse ne pas vraiment touché jusqu'au dernier jour. Nous nous disions au revoir et cela a été un immense sentiment que ça y est c'était la fin. Je me rappelle que je faisais le rangement dans ma loge...J'ai retrouvé des jouets de quand j'ai commencé. C'était bizarre de le faire et cela m'a soudain frappé à quelque point cela été une énorme partie de ma vie. J'ai des difficultés à me rappeler comment était ma vie avant. Et cela l'ai toujours je pense, et je ne pense pas que cela va changer avant longtemps.

Écrire commentaire

Commentaires : 0